Alexandre Cloutier

Député de Lac-Saint-Jean

Aide financière aux études - Le gouvernement entend une proposition du Parti québécois
jeudi 15 décembre, 2016
Facebook
Twitter

Québec, le 15 décembre 2016 – Le porte-parole du Parti québécois en matière d’éducation, de recherche, de persévérance scolaire et d’alphabétisation, Alexandre Cloutier, se réjouit que le gouvernement se soit rangé aux arguments du Parti québécois et des associations étudiantes, et qu’il ait finalement consenti à bonifier l’aide financière aux études avec les transferts fédéraux.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a en effet annoncé ce matin qu’elle renonçait à détourner les 80 M$ prévus pour les étudiants à la suite de la bonification du programme de bourses du gouvernement fédéral, financée par l’abolition d’un crédit d’impôt. Le transfert vers Québec de la somme qui en résulte retournera finalement dans les poches des étudiants.

« Dès juin 2016, le Parti québécois a fait pression sur le gouvernement Couillard, aux côtés des associations étudiantes, pour que la ministre David remette cet argent aux étudiants. Cette victoire permettra à plus de 11 000 étudiantes et étudiants également chefs de famille monoparentale de recevoir une aide plus généreuse pour poursuivre leurs études. Rappelons que de ce nombre, 90 % sont des femmes », a déclaré le porte-parole.

« Il va de soi que c’est une bonne nouvelle pour les étudiants et les familles, mais le gouvernement ne pouvait agir autrement. Il faut se rappeler que ces sommes ne sont pas nouvelles; elles proviennent de l’abolition des crédits d’impôt fédéral pour études et manuels scolaires. Les montants ainsi dégagés ayant été transférés au gouvernement du Québec, la ministre David n’avait pas d’autre choix que de remettre cet argent directement aux étudiants », a ajouté Alexandre Cloutier.

« Enfin, s’il est permis de se réjouir aujourd’hui, il ne faut pas oublier que la porte tournante installée au bureau des ministres de l’Éducation libéraux depuis 2014 a fait très mal au réseau, qui peine à respirer en raison de l’avalanche de compressions qu’il subit depuis quelques années. La ministre devrait prêter plus souvent l’oreille aux propositions du Parti Québécois et tenter de convaincre son premier ministre qu’un vrai réinvestissement dans nos écoles est essentiel », a conclu le député.

À DÉCOUVRIR