26 Août 2016

Lutte contre la radicalisation - Les cégeps doivent faire partie de la discussion

La députée de Taschereau et porte-parole du Parti québécois en matière de laïcité, Agnès Maltais, ainsi que le député de Lac-Saint-Jean et porte-parole en matière d’éducation, Alexandre Cloutier, dénoncent le fait que la Fédération des cégeps ait été exclue de la conférence internationale sur la radicalisation à venir, alors que le gouvernement prétend lutter activement contre ce fléau.

« Le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence vient de publier un rapport étoffé démontrant que le milieu scolaire en général, et le Collège de Maisonneuve en particulier, s’avère un terreau fertile pour la radicalisation. À preuve, pas moins d’une trentaine de jeunes Québécois, dont plusieurs étudiants du Collège de Maisonneuve, ont été endoctrinés dans le but de joindre le djihad en Syrie. Et le gouvernement n’inviterait même pas les cégeps à une conférence qui vise à contrer la radicalisation? C’est insensé », a déclaré Agnès Maltais.

« C’est un cri d’alarme que la Fédération des cégeps a lancé au gouvernement, ce matin. Les gens, sur le terrain, sentent le besoin de se manifester publiquement pour souligner le laxisme du gouvernement libéral lorsqu’il s’agit de prévenir la radicalisation dans le milieu de l’éducation. Le gouvernement doit corriger le tir. Le Québec doit, comme l’ensemble des pays occidentaux, tout mettre en œuvre pour freiner la radicalisation de ses jeunes », a ajouté Alexandre Cloutier.

« Le milieu scolaire est l’endroit par excellence pour enseigner la laïcité, un aspect de la vie sociale qui caractérise le Québec depuis la Révolution tranquille. La laïcité est une valeur qui s’enseigne, qui s’apprend, et les acteurs du réseau de l’éducation sont certainement parmi les mieux placés pour sensibiliser et intéresser nos jeunes à la question. Ils font assurément partie de la solution dans la lutte contre la radicalisation et l’intégrisme religieux, et doivent absolument être conviés à la réflexion collective qui se tiendra sur le sujet », a conclu la députée de Taschereau.